Conseil et accompagnement sur les droits à la retraite  |   04 58 00 18 10 contact(at)altis-conseil.fr
Retraite Fiscalité, Prime De Départ En Retraite

Prime de départ en retraite en 2020 : fiscalité en hausse

La loi de finance pour 2020 a modifié la fiscalité de la prime de retraite en supprimant la possibilité d’étalement sur 4 ans. Il existe cependant des solutions pour alléger la fiscalité l’année de départ en retraite : découvrez lesquelles.

L’indemnité de départ à la retraite est une prime versée par l’employeur, au salarié qui décide de lui-même de partir à la retraite. Elle ne doit pas être confondue avec l’indemnité de mise à la retraite, versée lorsque la décision est du seul fait de l’employeur.

Quelles sont les conditions d’octroi de la prime de départ retraite ?

Le versement d’une prime de départ volontaire à la retraite dépend d’un certain nombre de conditions : le départ en retraite doit être demandé par un salarié du secteur privé, ayant atteint l’âge légal de 62 ans et ayant au moins 10 ans d’ancienneté dans l’entreprise. Si vous remplissez toutes ces conditions, vous êtes éligible à la prime !

Comment calculer sa prime de départ à la retraite ?

Le montant de la prime de départ à la retraite est défini soit par la convention collective, soit par la législation : le montant le plus favorable pour le futur retraité est alors retenu. Pour l’indemnité légale, cette prime dépend de l’ancienneté et du salaire de référence. La prime minimale est de ½ mois de salaire pour une ancienneté de 10 à 15 ans, d’un mois pour 15 à 20 ans, d’un mois ½ pour 20 à 30 ans et de deux mois au-delà de 30 ans. Pour le calcul de l’indemnité conventionnelle il faut se référer à la convention collective.

Prime de départ à la retraite : quelle fiscalité ?

La prime de départ à la retraite est assujettie en totalité aux cotisations sociales et à la CSG ainsi qu’à l’impôt sur le revenu.

Et c’est sur la fiscalité que se situe la mauvaise surprise en 2020 ! Jusqu’en 2019, le futur retraité pouvait demander un étalement de ce revenu exceptionnel sur 4 ans : il limitait ainsi la charge fiscale l’année suivant le départ en retraite et également le risque de passer à une tranche d’imposition supérieure.

Suite à la mise en place du prélèvement à la source, la loi de de finances pour 2020 a supprimé totalement ce dispositif pour les nouveaux départs en retraite. Les retraités bénéficiant actuellement de l’étalement sur 4 ans ne seront en revanche pas touchés.

C’est donc le risque d’une augmentation d’impôts si l’on ne prépare pas correctement son départ en retraite. Il existe heureusement des solutions pour limiter l’impact de ce changement fiscal. Pour diminuer ses impôts lors du départ en retraite, voici 3 solutions simples.

Date de départ en retraite en 2020 : comment limiter son impôt ?  

Optimisez votre âge de départ à la retraite, en jouant simplement sur le mois. Mieux vaut ne pas partir à la retraite en décembre pour ne pas changer de tranche marginale d’imposition !. Si votre prime de retraite équivaut à 3 mois de salaire, mieux vaut partir au plus tard en septembre, pour avoir des revenus à peu près équivalents d’une année sur l’autre. Partir au 1° semestre est en principe la garantie de ne pas changer de tranche d’imposition.

N’oubliez pas de prévenir l’administration fiscale de votre baisse de revenus : cela permet de diminuer aussitôt votre taux de prélèvement à la source.

Optez pour le dispositif du quotient pour limiter votre impôt

Pour les revenus exceptionnels 2020, le Code général des impôts autorise le système du quotient, qui permet dans certain cas de ne pas changer de tranche. Son système est simple : ajoutez le quart de la prime retraite à vos revenus habituels et calculez le nouvel impôt. Il reste alors à multiplier par 4 le supplément d’impôts ainsi obtenu : les impôts sont payés en une fois, contrairement à l’étalement, mais l’on évite ainsi la progressivité de l’impôt avec le passage dans une tranche d’imposition supérieure.

Ce système permet aussi de baisser le Revenu Fiscal de Référence (RFR), utilisé pour le calcul de certaines prestations sociales.

Pensez au plan épargne retraite PER ou ancien PERP pour optimiser votre impôt

Pour optimiser ses impôts, préparer sa retraite via un PER est une solution à envisager. Le nouveau PER (Produit d’Epargne Retraite) est disponible depuis le 1er octobre 2019 et remplace progressivement les autres plans d’épargne retraite (Perp, contrat Madelin). Les versements sur un PER sont déductibles du revenu imposable. L’économie d’impôt est alors déterminée par le taux marginal d’imposition. Lors du versement de la rente viagère, ce complément de revenus retraite est soumis à imposition, avec un abattement de 10 %.

Avec le nouveau PER, la sortie en capital est possible, sans que ce capital ne soit considéré comme des revenus exceptionnels. Il est donc toujours intéressant de vérifier avec un conseiller retraite l’incidence fiscale du choix « sortie en capital » versus « rente viagère ». Pour profiter du différentiel d’imposition, il peut être intéressant de faire un versement supplémentaire sur votre PER l’année civile précédant votre départ en retraite.

Préparer sa retraite en amont et ne pas s’y prendre au dernier moment est le meilleur conseil pour un départ en retraite en toute sérénité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Rechercher