skip to Main Content
Depart-en-retraite.

Caisses de retraite : les agents surmenés par le manque d’effectifs

Entre 2017 et 2021, les caisses de retraite de la Sécurité sociale avec celles des indépendants sont passées de 14.800 à 13.700 salariés

Dans certaines régions, les caisses de retraite sont au bord de l’implosion. Ainsi, certains néo-retraités voient les délais de versement de leur première pension rallongé, parfois de plusieurs mois. « Le système est en surchauffe, à l’image d’autres services publics comme la CAF. Nous avons des coupes dans les effectifs, et en même temps nous avons davantage de dossiers à traiter, environ 3 % de plus chaque année, puisque les enfants du baby-boom partent tous à la retraite », constate auprès du Parisien, Florence Puget, secrétaire nationale CFDT protection sociale travail et emploi (PSTE).

Entre 2017 et 2021, les caisses de retraite de la sécurité sociale avec celles des indépendants sont passées de 14.800 à 13.700 salariés. Elles doivent aujourd’hui gérer 16,9 millions retraités, contre 16,1 millions quatre ans plus tôt. « Forcément, cela créer des tensions, c’est d’une logique implacable », dénonce Florence Puget. « Nous faisons face à un nombre très élevé de dossiers de demande de retraite, confirme-t-on à la direction de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav). Cela s’explique largement par la démographie et l’anticipation croissante des demandes. » Afin d’éviter de trop attendre, la Cnav préconise aux futurs retraités de déposer leur dossier quatre mois avant la date de leur départ à la retraite.

20.000 dossiers concernés

Majoritairement, les tensions concernent les « dossiers complexes, pour lesquels nous attendons des éléments d’autres partenaires », précise-t-on à la Cnav. Ceux qui voient leurs délais rallongés sont notamment les bénéficiaires de l’Allocation solidarité aux personnes âgées (APSA) et les travailleurs indépendants. Ces derniers doivent attendre en moyenne « trois à quatre mois », estime la CFDT, pour que leur premier versement tombe. Il existe enfin d’importants délais (variant également selon les régions) pour les pensions de réversion, versées après le décès d’un conjoint.

Si elle reconnaît une « activité dense », la Cnav se refuse à parler « de fortes tensions ». Selon ses estimations, il y aurait « environ 20.000 » dossiers concernés sur « plus de 800.000 dossiers de retraite de base » qui seront traités en 2022. « Nous avons finalisé et mis en paiement 472.250 dossiers de retraite de base entre janvier et juillet 2022 contre 451.313 l’an dernier sur la même période, soit 4,5 % de dossiers finalisés et mis en paiement en plus. Nos délais moyens de traitement restent stables, et le stock de dossiers pour lesquels la date de départ à la retraite est dépassée reste maîtrisé », se félicite-t-on à la direction. Aussi, le plan de recrutement ne sera pas modifié d’ici à la fin de l’année.

Au-delà du manque d’effectifs, les syndicats estiment que ces difficultés sont aussi liées au nouvel outil informatique installé à l’automne dernier. Alors qu’il était censé faciliter leur travail, les agents le qualifient de « défaillant ». « La convention d’objectifs et de gestion (COG), allant de 2017 à 2022, expliquait les réductions d’effectif par la mise en place de ce nouveau système. Mais en fait, il empire tout ! » s’agace Florence Puget. De son côté, la CFDT attend avec impatience la prochaine COG (pour la période 2023-2027). « Il permettra de remettre à plat et de discuter les prévisions d’activité, et en face les moyens, notamment humains, nécessaires pour mener à bien nos missions », explique la Cnav

Publié le 17/08/2022 Par Rédaction Mieux Vivre Votre Argent

Cet article comporte 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top
×Close search
Rechercher